Royaume Uni – Les meurtriers de Sophie Lionne condamnés à la perpétuité

Les Français Sabrina Kouider et Ouissem Medouni ont été condamnés ce mardi à Londres à la prison à vie pour avoir tué leur jeune fille au pair, Sophie Lionnet, un meurtre motivé par la « cruauté et le désir de vengeance », selon le juge.

Ces peines de prison, assorties d’une période de sûreté de trente ans, ont été prononcées par la cour criminelle de l’Old Bailey qui, le 24 mai, avait reconnu le couple coupable du meurtre, en septembre 2017, de la jeune fille de 21 ans.

Aussi lourde soit-elle, cette sentence ne saurait « refléter la valeur de la vie » de Sophie Lionnet, a déclaré le juge Nicholas Hilliard, soulignant que sa famille « ne se remettra jamais » de sa mort. Sophie, une jeune fille timide et souriante originaire de Troyes (140 km au sud-est de Paris), était partie à Londres en janvier 2016 pour s’occuper des deux enfants de Sabrina Kouider et ses parents ne l’avaient plus jamais revue.

Sabrina Kouider, 35 ans, et Ouissem Medouni, 40 ans, ont également été condamnés à cinq ans et demi de prison pour obstruction à la justice, pour avoir tenté de faire disparaître le corps de Sophie en le brûlant dans le jardin de leur domicile du sud-ouest de Londres.

Avant de prononcer les peines, le juge a écouté les avocats des accusés et pris en compte les expertises psychiatriques du couple. Les médecins ont conclu que Sabrina Kouider souffrait de troubles mentaux et d’obsessions. Elle « retournera immédiatement à l’hôpital », a déclaré le juge.

Pendant le procès, Ouissem Medouni et Sabrina Kouider avaient tous deux plaidé non coupable de meurtre, rejetant chacun la responsabilité sur l’autre. Ils avaient en revanche reconnu avoir essayé de faire disparaître le corps.

Le couple s’était persuadé que Sophie Lionnet complotait avec Mark Walton, l’un des fondateurs du groupe Boyzone et père d’un des enfants de Sabrina Kouider, pour droguer et abuser sexuellement des membres de leur famille. Un fantasme sans fondement dans lequel ils se sont enfermés, a souligné le juge mardi.

Tandis que l’avocat de Sabrina Kouider, Me Icah Peart, a tenté d’atténuer la responsabilité de sa cliente en mettant en avant ses problèmes mentaux, et sa « peur obsessionnelle » que Mark Walton s’en prenne à sa famille, le juge a estimé que les agissements des accusés trouvaient leur origine dans « un désir de vengeance ».

« Vous saviez tous les deux que ce que vous faisiez était terriblement mal », a-t-il lancé aux deux condamnés. « Il n’y a pas d’excuse pour la terrible cruauté et l’humiliation » subies par Sophie Lionnet, a-t-il ajouté.

Le duo faisait endurer à la jeune fille au pair des interrogatoires musclés, pour lui extorquer des aveux.

Dans ces séances enregistrées, Sabrina Kouider hurlait sur la jeune fille, menacée de finir sa vie en prison, où elle serait « violée ». Dans la vidéo du dernier interrogatoire mené par le couple, diffusée au cours du procès, Sophie Lionnet apparaissait émaciée et effrayée. « Ces dernières images me hanteront jusqu’à la fin de ma vie », avait confié sa mère, dans une déclaration lue le 24 mai à l’audience.

Ce que Sabrina Kouider et Ouissem Medouni ont fait « est hors de toute compréhension », « c’est impardonnable », avait dit le père de Sophie, Patrick Lionnet.

Le corps de Sophie, retrouvé par les pompiers, présentait de multiples fractures, aux côtes, au sternum ou à la mâchoire, mais en raison des brûlures, la cause exacte de la mort n’a pas pu être déterminée.

Le juge a insisté sur le fait que les accusations portées par le couple envers Sophie étaient totalement fausses. « C’était une fiction complète », a-t-il dit. « Sophie était une fille gentille, douce et aimable », a-t-il souligné.

Dans une lettre adressée à Sophie et à sa famille et lue par son avocat mardi, Sabrina Kouider affirme être « profondément désolée pour ce qui est arrivé à Sophie ». « Je souffre chaque jour en pensant à toi et à ce qui s’est passé cette horrible nuit », ajoute-t-elle.


Avec AFP – femininonline – Juin 2018