Peinture géante à la gloire d’Ahed Tamimi, icône de la lutte contre l’occupation israélienne

Un portrait géant d’Ahed Tamimi, peint sur le mur de séparation israélien en Cisjordanie occupée, était mercredi quasi achevé à l’approche de la libération de prison prévue dans les prochains jours de cette adolescente devenue une icône palestinienne de la lutte contre l’occupation israélienne.

Cette peinture murale de quatre mètres de haut est l’oeuvre d’un homme masqué, qui affirme être l’artiste de rue italien Jorit Agoch.

Ahed Tamimi, une Palestinienne de 17 ans, est devenue le symbole vivant du conflit israélo-palestinien. Elle avait attiré l’attention internationale avec la diffusion en décembre d’une vidéo la montrant frappant près de sa maison en Cisjordanie occupée des soldats israéliens impassibles.

Elle a été arrêtée puis condamnée à huit mois de prison par un tribunal militaire israélien. Elle doit être libérée le 28 juillet, selon son avocate Me Gaby Lasky.

L’affaire Ahed Tamimi a trouvé un large écho chez les Palestiniens comme les Israéliens. Les premiers louent en elle un exemple de courage face aux abus israéliens dans les territoires palestiniens occupés par l’Etat hébreu.

Nombre d’Israéliens ont ressenti une vive amertume devant ce qui a été fortement perçu comme une humiliation pour leurs soldats qui n’ont pas répliqué

Le mur de séparation construit par Israël en Cisjordanie est recouvert à de nombreux endroits de graffitis et de peintures notamment de l’artiste de rue britannique Banksy pour soutenir la cause palestinienne.


Avec AFP – femininonline – Juillet 2018